Autre

Climat : la concentration de CO2 passe un nouveau cap

Le climat est une donnée devenue essentielle au fil des années et de plus en plus de particuliers comprennent dorénavant pourquoi il faut tenir ses changements à l’oeil. Cependant, cela n’empêche pas que le niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère s’apprête à passer un nouveau cap.

C’est la responsable de l’ONU pour le climat qui a annoncé la nouvelle en début de semaine : la concentration de CO2 dans l’atmosphère s’apprête à atteindre 400 ppm (parties par millions), ce qui serait une première dans l’histoire de notre planète.

Christiana Figueres, la responsable de l’ONU, s’est dite inquiète de cette nouvelle qui a annoncé que le niveau de CO2 avait atteint 399.72 ppm le 25 avril de cette année. Si cette hausse devait continuer à croître, les perspectives de l’augmentation de la température à la surface du globe devront être revues à la hausse.

Il est donc nécessaire, voire indispensable, que les pays les plus pollueurs que sont les Etats-Unis et la Chine se tournent vers des énergies qui rejettent moins de gaz à effet de serre dans la nature. Nous pensons ici par exemple aux pompe à chaleur, aux panneaux photovoltaïques ou encore aux chaudières à pellets qui peuvent être un substitut aux chaudières à pétrole et aux installations de charbon qui polluent énormément notre planète.

L’objectif actuel consiste à maintenir la hausse de la température à 2 degrés en comparaison aux niveaux pré-industriels car si la hausse devait être plus importante, le climat pourrait très vite s’emballer. Cependant, pour que la hausse reste dans la cadre prévu, la concentration de CO2 autour de nous ne doit pas dépasser 400 ppm. Autrement dit, il va falloir faire d’énormes efforts pour essayer de diminuer la concentration de CO2.

Pour arriver à cet objectif, il faut également se tourner vers les énergies renouvelables que sont l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique ou encore l’énergie solaire. Les technologies se perfectionnent jours après jours, il faut donc s’y tourner dans l’espoir de contribuer au bien-être de la planète.

Si jamais nous n’atteignions pas l’objectif qui consiste à ne pas passer au-dessus de la barre des 400 ppm, la température moyenne augmentera beaucoup plus vite ce qui provoquera d’une part une augmentation du niveau des mers et des océans et, d’autres parts, des luttes pour les ressources dans les localités touchées par des périodes de sécheresse extrêmes.

En d’autres mots, il vaut mieux faire les efforts dès maintenant afin que les générations futures n’en subissent pas les conséquences.

 

 

Discussion

No comments for “Climat : la concentration de CO2 passe un nouveau cap”

Post a comment

*

Important !

Communique-sante.fr ne remplacera jamais les conseils d'un médecin. Les nouvelles publiées sur le blog sont destinées à informer et non à soigner. Nous ne répondons pas aux demandes de conseils et aux demandes de diagnostics. Si vous êtes malade, consultez un médecin ou un pharmacien.