Kiné

Devenir kiné : mode d’emploi

L’entrée en formation initiale de masseur-kinésithérapeute se fait principalement à travers deux voies d’accès : l’accès via le concours de droit commun et l’accès après une première année de médecine ou PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé). Dans les deux cas et à l’issue des épreuves de sélection, la formation initiale de masseur-kinésithérapeute s’étend sur 3 ans dans les Instituts de Formation en Masso-kinésithérapie (IFMK) pour l’obtention du Diplôme d’Etat. 42 instituts répartis sur l’ensemble de la France métropolitaine et les DOM TOM proposent cette formation. Près de la moitié des instituts recrutent leurs étudiants via la PACES au terme de laquelle se répartissent les étudiants dans les différentes branches des métiers de la santé (médecine, pharmacie, dentaire, sage-femme-obstétrique, kiné, infirmière). Selon leurs voeux et surtout selon leurs résultats, les heureux élus de la kiné finiront dans tous les cas dans les IFMK.

Courte histoire de la kinésithérapie

Le diplôme de masseur-kinésithérapeute existe depuis 1946 (Loi n° 46-858 du 30 avril 1946) quand au lendemain de la Libération de nombreux blessés de guerre aspirent à une rééducation par le mouvement et le massage.

La profession est réglementée par le Code de Santé Publique au titre II du livre III consacré aux auxiliaires médicaux : « la masso-kinésithérapie consiste en des actes réalisés de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, qui ont pour but de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer » (extrait du décret du Conseil d’Etat n°2000-577 du 27 juin 2000). Le masseur-kinésithérapeute pratique sur prescription médicale.

Près de 80% des masseurs-kinésithérapeutes exercent en cabinet libéral. Il s’agit d’un métier où il n’y pas de chômage, « le travail ne manque pas et ce, quel que soit le mode d’exercice choisi » (Le métier de Masseur-Kinésithérapeute – ONDPS – 2009). En période de crise, le métier fait rêver mais l’entrée en IFMK s’apparente à une course d’obstacles, la formation étant soumise à quota. En 2012, le nombre d’étudiants admis en première année de formation était de 2510 sur l’ensemble du territoire national. C’est donc une formation très sélective à laquelle les étudiants se préparent une voire deux années avant leur entrée en IFMK.

Les prépas kiné : la voie du concours

Sur l’ensemble des IFMK, les instituts de formation qui organisent le concours de droit commun, ne représentent que 2 ou 3 % des candidats.

De multiples formations à la préparation au concours de kiné existent.

D’une durée environ de sept mois pour un coût tournant autour de 4000 euros, ce sont ce qu’on appelle les prépas kiné dédiées (axées uniquement sur le concours de kiné). De statut privé, il en existe dans toutes les villes proches des IFMK.

Officiellement, les épreuves du concours portent sur le programme de biologie, physique et chimie des classes de première et terminale scientifique. En pratique et au vu de la sélection, intervient alors le rôle des écoles préparatoires. Selon les témoignages, les classes de kiné dédiées font la différence dés lors qu’un ensemble de postulants homogènes travaille sur un même programme dans un but unique, la réussite aux concours de kiné, et sur de mêmes annales à la différence des prépa multi-concours où l’on court plusieurs lièvres à la fois (kiné, infirmier, audioprothésiste, ergothérapeute,…).

30 heures de cours par semaine en moyenne avec des intervenants souvent de qualité, des effectifs réduits (autour de 20). Certaines prépas comme Assas Prepa Kiné, ajoutent à leur savoir faire des séances de coaching et de gestion du stress afin de mieux préparer au sprint final des épreuves. Pensez que l’IFMK de Rennes a fait plancher 3000 candidats pour cinquante heureux élus. L’Ecole d’Assas attend en mars 2013 le même nombre de candidats pour 86 places.

Pour rentrer dans les IFMK, existe-t-il des dispenses ? Il existe des dispenses de droit de la première année d’études pour les personnes titulaires d’un Diplôme d’Etat (sage-femme, infirmier, manipulateur-radio, pédicure podologue, psychomotricien), pour les personnes ayant validé leur premier cycle d’études médicales et les détenteurs d’une Licence STAPS, les Sportif de Haut Niveau.

A noter que le concours externe n’est pas la seule voie, regardons maintenant ce qui se passe en PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé), soit la première année de médecine pour le commun des mortels.

On ne nait pas kiné, on le devient

Médecins, pharmaciens, dentistes, obstétriciens, kinésithérapeutes forment un tronc commun en première année. Cela fait chaque année une population hexagonale de 50.000 étudiants.

La sélection se fait par un double examen au cours de l’année. Le plus souvent, une première sélection a lieu au mois de décembre et en mars-avril, les nominés se réunissent en amphithéâtre, jour solennel s’il en est, pour choisir leurs branches, s’ils le peuvent et selon un numerus clausus bien établi. A titre d’exemple, les quotas de la faculté de Nice, en 2012-2013 sont fixés à :

  • 127 médecins
  • 40 kinésithérapeutes
  • 43 dentistes
  • 28 obstétriciens

Certes, le redoublement est une pratique bien admise et augmente les chances de réussite. C’est une décision qu’il faut peser et repeser.

Selon une étude, prés des deux tiers des étudiants tenus en échec aux examens refont leur année préparatoire.

L’inscription dans les IFMK est plutôt onéreuse (dans le privé le coût peut aller jusqu’à plus de 8000 euros l’année). Les Régions proposent des bourses d’études et certains IFMK proposent également le dispositif de formation par l’apprentissage qui permet un financement intégral de la formation.

Liens Internet

Discussion

No comments for “Devenir kiné : mode d’emploi”

Post a comment

*

Important !

Communique-sante.fr ne remplacera jamais les conseils d'un médecin. Les nouvelles publiées sur le blog sont destinées à informer et non à soigner. Nous ne répondons pas aux demandes de conseils et aux demandes de diagnostics. Si vous êtes malade, consultez un médecin ou un pharmacien.