Bien-être

Lorsque les femmes s’allient pour contrer la perte de cheveux

Il faut se le dire : il existe bien des problèmes de santé qui peuvent éprouver davantage la confiance en soi d’une personne que la perte de cheveux. Voir son crâne autrefois garni d’une magnifique chevelure se dévêtir progressivement est un problème qui fait mal à bien et femmes et des hommes à travers le monde. Lorsque cette alopécie est liée de plus à une maladie telle qu’un cancer, on peut dire que les choses ne sont pas roses pour la victime.

Face à cette problématique, des femmes de Matane, une ville du Québec, ont décidé de développer une solution au sein de leur région : un service de prêt de perruques ou de bonnets pour les victimes de ce problème de santé.

Emprunter une perruque, ah oui?

Intuitivement, bien peu de gens s’imaginent porter une perruque à un moment de leur vie : celle-ci est associée à bien des films humoristiques où on la voit s’envoler au vent, par exemple. Dans les faits, la vraie perruque est tout autre : c’est un produit de mieux en mieux conçu et de plus en plus naturel. Toutefois, il est assez peu commun que des institutions de santé permettent l’emprunt par ses usagers d’une perruque le temps que la chimiothérapie (ou tout autre cause de la perte de cheveux) soit terminée. C’est pourtant le cas du Centre Hospitalier de Matane.

Le cercle des fermières a cru que cette idée était excellente, mais une deuxième graine a toutefois germé dans l’esprit de la communauté locale. Pour celles qui ne sont tout de même pas à l’aise avec le port de faux cheveux, il fallait trouver une alternative : c’est ainsi que sont nés les bonnets créés par le cercle des fermières.

Des bonnets gratuits pour les femmes atteintes

Ainsi, Jeannine Desrosiers, une dame impliquée dans cette association, s’est mise à confectionner des chapeaux, des bonnets ainsi que des turbans pour les offrir ensuite au service de prothèses capillaires du Centre Hospitalier de Matane. La dame en question s’est dite passionnée par le projet et par l’impact positif qu’elle pouvait ainsi avoir sur la vie de ses consœurs atteintes.

Les impacts de l’initiative est flagrant : ainsi, les femmes perdant leurs cheveux peuvent retrouver une partie de la féminité perdue. L’impact sur le bien-être aura sans doute un effet très bénéfique sur sa récupération de la maladie, par la bande!

Reproduire l’initiative ailleurs

Si d’autres groupes s’intéressent à la même problématique, il serait sans aucun doute possible de recréer l’initiative dans d’autres villes québécoises ou étrangères. On dit que les organismes de la région n’ont pas hésité avant d’investir quelques sous dans le projet. Quant au service de prothèses capillaires lui-même, il aurait été lancé avec l’aide de l’Association du cancer de l’Est-du-Québec il y a quelques années. C’est une idée qui fait réfléchir les acteurs du milieu de la santé, en tout cas.

Discussion

No comments for “Lorsque les femmes s’allient pour contrer la perte de cheveux”

Post a comment

*

Important !

Communique-sante.fr ne remplacera jamais les conseils d'un médecin. Les nouvelles publiées sur le blog sont destinées à informer et non à soigner. Nous ne répondons pas aux demandes de conseils et aux demandes de diagnostics. Si vous êtes malade, consultez un médecin ou un pharmacien.